top of page

S&C
Chronicles

Toutes nos analyses, nos actus, nos coups de cœur et nos coups de gueule !

Blog Strat&Comm
  • Photo du rédacteurCécile HENNEQUIN-PAVAGEAU

Soft Skills et Recrutement : comment évaluer objectivement le subjectif ?

La quête pour dénicher non seulement la compétence technique, mais aussi la perle rare qui excelle en communication, en esprit d'équipe et en adaptabilité, est devenue le Saint Graal des recruteurs. Ces qualités intangibles, communément appelées "soft skills", sont aujourd’hui reconnues comme des catalyseurs de succès, aussi critiques que les compétences techniques elles-mêmes. Cependant, leur nature éminemment subjective plonge le processus d'évaluation dans une complexité qui confine parfois à l'art de la divination plus qu'à la science.

Soft skills et recrutement

Nombreux sont les outils et méthodologies prétendant offrir une évaluation objective des soft skills, des tests comportementaux aux mises en situation élaborées. Mais la réalité demeure incontournable : il n'existe pas de potion magique, pas de formule infaillible permettant de mesurer avec certitude l’empathie, la résilience ou la créativité. Malgré cela, l'industrie du recrutement s'efforce de tisser des filets de plus en plus fins pour capturer l'essence de ces compétences insaisissables.


Cet article vise à plonger au cœur de cette quête d'objectivité dans l'évaluation des soft skills. Nous examinerons les outils à la disposition des recruteurs, les approches qui promettent rigueur et précision, et nous discuterons des meilleures pratiques pour déceler ces traits personnels qui font toute la différence. Pour les candidats, nous proposerons des stratégies pour articuler et présenter efficacement ces compétences qui ne s'inscrivent pas toujours clairement sur un CV. Car si évaluer les soft skills peut s'avérer complexe, leur importance est indéniable et leur impact sur la performance professionnelle est loin d'être subjectif.


Les soft skills : quesako ?


hard skills vs soft skills

Les soft skills ou compétences interpersonnelles et comportementales, représentent un ensemble de traits de caractère, de compétences sociales et de capacités de communication qui influencent notre façon d'interagir avec les autres et de gérer nos relations personnelles et professionnelles. Contrairement aux compétences techniques, qui sont spécifiques à un métier ou une tâche et souvent acquises par l'éducation formelle et la formation, les soft skills sont plus universelles et jouent un rôle crucial dans presque toutes les sphères de la vie professionnelle.

La définition des soft skills englobe une vaste gamme de compétences : la communication efficace, le travail d'équipe, la résolution de problèmes, l'esprit critique, la gestion du temps, la flexibilité, la résilience et l'empathie. Elles sont souvent liées à la manière dont un individu s'adapte, collabore, et résout des conflits dans un environnement professionnel. Ces compétences permettent aux individus non seulement de s'adapter à leur environnement de travail, mais aussi de le façonner activement pour le rendre plus collaboratif, innovant et productif.

Dans le contexte professionnel actuel, les soft skills sont devenues aussi importantes, sinon plus, que les compétences techniques. Dans de nombreux cas, elles peuvent être le facteur décisif dans l'obtention d'un emploi, la réussite d'un projet ou l'avancement de carrière.


L'évaluation des soft skills présente un défi majeur en raison de leur nature intrinsèquement subjective et souvent insaisissable. Contrairement aux compétences techniques, qui peuvent être mesurées par des tests standardisés ou des certifications, les soft skills sont difficiles à quantifier et à évaluer de manière uniforme. Cette difficulté est exacerbée par le fait que la perception des soft skills peut varier considérablement selon les individus et les cultures, rendant leur évaluation objective une tâche complexe. Ces défis posent la question cruciale : comment les recruteurs et les candidats peuvent-ils aborder efficacement l'évaluation des soft skills ?


Outils et approches pour évaluer les soft skills


  1. Tests comportementaux et psychométriques : Ces tests visent à évaluer les traits de personnalité et les compétences interpersonnelles à travers une série de questions et de scénarii. Ils peuvent donner un aperçu des traits de caractère comme l'empathie, la résilience ou la capacité de leadership. Ces tests sont conçus non seulement pour évaluer les traits de personnalité, mais aussi pour mesurer la désirabilité sociale. Cela permet de déterminer dans quelle mesure un candidat est susceptible d'orienter ses réponses pour plaire au recruteur. Cependant, même avec cette mesure, il est important de se rappeler qu'aucun test n'est infaillible et que les résultats doivent être interprétés dans le contexte global du profil du candidat.

  2. Simulations et jeux de Rôle: Les simulations placent les candidats dans des scénarii fictifs pour évaluer comment ils réagissent dans des situations réalistes. Cela permet aux recruteurs d'observer les soft skills en action, comme la prise de décision, la résolution de conflits et la collaboration. Cependant, ces méthodes peuvent ne pas refléter entièrement les performances en situation réelle, car les candidats peuvent se comporter différemment sous observation.

  3. Entretiens comportementaux: Ces entretiens se concentrent sur les expériences passées des candidats et leur façon de gérer des situations spécifiques. Les réponses peuvent révéler des informations sur les soft skills, mais elles dépendent fortement de la capacité du candidat à s'auto-évaluer et à communiquer efficacement ses expériences.

  4. Feedback 360 Degrés: Cette méthode implique de recueillir des retours sur un individu de la part de ses collègues, supérieurs et subordonnés. Elle offre une vue d'ensemble des soft skills dans un contexte professionnel réel. Néanmoins, elle est influencée par les relations interpersonnelles et peut être sujette à des biais.

  5. Évaluations basées sur l'IA et l'analytique: Des outils plus récents utilisent l'intelligence artificielle pour analyser les comportements et les interactions, comme les expressions faciales ou le langage corporel lors des entretiens. Bien que prometteuses, ces technologies soulèvent des questions éthiques et de confidentialité, et leur précision reste sujette à caution mais l'avenir est déjà posé...

Chacun de ces outils joue un rôle important dans l'évaluation des soft skills, mais il est crucial de les utiliser de manière complémentaire plutôt que comme des solutions isolées. L'expertise d'un cabinet de recrutement, avec sa connaissance approfondie de ces outils et méthodes, devient alors inestimable. En reconnaissant les limites de chaque outil et en les appliquant avec discernement, les cabinets de recrutement offrent une compréhension plus profonde des soft skills des candidats. Cette approche experte est essentielle pour des choix de recrutement éclairés et pertinents, permettant ainsi aux entreprises de bénéficier de recrutements qui s'alignent précisément avec leurs besoins et leurs cultures organisationnelles.


Soft skills et recrutement : comment les faire "transpirer" en tant que candidat.


soft skills et recrutement

L'articulation et la présentation efficaces de vos soft skills lors d'un processus de recrutement sont cruciales. Voici quelques conseils pour vous aider à le faire de manière objective.

Commencez par une introspection pour identifier vos soft skills les plus fortes. Soyez honnête avec vous-même sur ce que vous faites bien et où vous pourriez vous améliorer. Cette honnêteté favorise l'authenticité, un trait très apprécié par les recruteurs.

Préparez des exemples spécifiques de situations où vos soft skills ont été mises en évidence, ou mises à l'épreuve. Ces anecdotes doivent illustrer comment vous avez utilisé ces compétences pour résoudre des problèmes, travailler en équipe ou gérer des situations difficiles. Les histoires concrètes sont plus impactantes et crédibles que des affirmations générales.

Lors de l'entretien, soyez conscient de la manière dont vous communiquez verbalement et non verbalement. Votre langage corporel, votre écoute active et votre façon de répondre aux questions peuvent tous refléter vos soft skills.

 Soyez ouvert au feedback et considérez-le comme une opportunité d'amélioration. La capacité à apprendre et à s'adapter est elle-même une soft skill précieuse.


ET SURTOUT : Restez fidèle à vous-même.

Ne prétendez pas avoir des soft skills que vous ne possédez pas, car cela pourrait conduire à des désalignements dans des rôles futurs. L'authenticité est essentielle pour trouver un emploi qui vous convient réellement.


Le futur de l'évaluation des Soft Skills


Alors que nous nous dirigeons vers un avenir où la technologie et l'intelligence artificielle (IA) jouent un rôle croissant, il est essentiel de nuancer leur impact potentiel dans l'évaluation des soft skills.

Bien que l'IA puisse offrir de nouveaux outils pour analyser des aspects quantifiables des soft skills, tels que le langage corporel ou les motifs de parole, elle ne peut pas remplacer la perception et l'intuition humaines. Les nuances subtiles de la communication interpersonnelle, l'empathie, et la compréhension contextuelle restent le domaine privilégié de notre propre subjectivité.

Alors que l'IA continue d'évoluer, il est crucial de l'aborder avec une perspective éthique et responsable. Les questions de biais, de confidentialité et de transparence doivent être au premier plan pour garantir que ces outils servent à améliorer le processus d'évaluation des soft skills de manière juste et équitable.

Les professionnels du recrutement devront s'adapter et se former pour intégrer efficacement ces technologies dans leur travail. Comprendre comment utiliser l'IA en complément de leurs compétences sera essentiel pour tirer le meilleur parti des deux mondes.


En conclusion : bonnes pratiques pour une décision judicieuse


Pour optimiser le processus de recrutement et garantir des choix judicieux, voici deux principes clés que les recruteurs devraient garder à l'esprit :

  1. L'importance de la collaboration dans le recrutement : Mener un recrutement en solitaire peut limiter la perspective et augmenter le risque de biais personnels. Il est donc conseillé de vous faire aider en interne ou en externe. Cette approche collaborative offre une pluralité de points de vue, permettant une évaluation plus complète et nuancée des candidats. Deux perceptions valent mieux qu'une, et cette diversité de points de vue et d'outils peut aider à mieux cerner les soft skills et les qualités des candidats, menant à des décisions plus équilibrées et objectives.

  2. Rechercher l'imperfection complémentaire : Plutôt que de chercher le candidat parfait, les recruteurs devraient se concentrer sur la recherche de l'imperfection qui s'aligne avec les besoins spécifiques du poste et la culture de l'entreprise. Chaque organisation a ses particularités et ce qui peut être considéré comme un défaut dans un contexte peut être un atout précieux dans un autre. Il est donc essentiel de reconnaître que chaque candidat a ses propres forces et faiblesses, et que la clé est de trouver celui dont les caractéristiques s'accordent harmonieusement avec l'environnement de travail et les objectifs de l'entreprise. C'est dans cette complémentarité des biais que réside souvent le choix idéal.

Pour tous vos besoins en recrutement du technicien au dirigeant, n'hésitez pas à nous contacter.

29 vues0 commentaire

Les Extras

portfolio.jpg
VIE-DE-CHÂTEAU.webp
blog.webp
job-offer.webp
bottom of page